Repousser les limites de la vague ChatGPT: les défis de OpenAI en 2024






OpenAI : une success story dans le monde de l’intelligence artificielle

OpenAI : une success story dans le monde de l’intelligence artificielle

Début 2023, l’objectif d’OpenAI était d’atteindre un chiffre d’affaires d’un milliard de dollars pour l’année. La startup avait pour ambition de capitaliser sur la popularité de son produit phare, ChatGPT. Un an plus tard, OpenAI a réussi son pari. Selon le prestigieux The Information, OpenAI a réalisé un chiffre d’affaires annuel dépassant 1,6 milliard de dollars. Cela signifie qu’elle a généré plus de 130 millions de dollars de chiffre d’affaires par mois à la fin de l’année et prévoit d’en générer autant au cours des douze prochains mois.

Simultanément, la valorisation de l’entreprise a presque triplé depuis le dernier investissement de Microsoft en janvier 2023, dépassant désormais les 80 milliards de dollars. Ce chiffre pourrait même atteindre les 100 milliards dans les mois à venir, suite à une nouvelle levée de fonds selon Bloomberg. OpenAI serait ainsi valorisé à plus de 62 fois son chiffre d’affaires, un multiple exceptionnel même dans le secteur technologique. Malgré cela, la rentabilité reste un défi : l’entraînement des intelligences artificielles est extrêmement coûteux, et les services des meilleurs spécialistes sont très onéreux.

Même si OpenAI a prouvé sa capacité à générer des revenus significatifs en exploitant ChatGPT en 2023, l’année 2024 sera cruciale pour démontrer sa capacité à créer de nouveaux flux de revenus et à justifier sa valorisation à long terme.

Des défis de rentabilité à relever

Actuellement, OpenAI tire ses revenus de trois sources principales :

  • Les abonnements à ChatGPT Plus, son offre premium à 20 dollars par mois, destinée au grand public.
  • L’accès à ses modèles d’IA, facturé en fonction du volume de requêtes, un système principalement utilisé par les entreprises.
  • L’accès à ses modèles d’IA dans Azure, le service cloud de Microsoft. Dans ce cas, le géant de la tech reverse une partie de son chiffre d’affaires à OpenAI.

« Le modèle économique actuel d’OpenAI ne suffira pas à être rentable dans les cinq prochaines années », affirme Xiadong Bao, co-gérant du fonds Edmond de Rothschild Big Data, interviewé par La Tribune.

« En revanche, il ne faut pas sous-estimer sa capacité à innover et à créer de nouveaux produits », ajoute-t-il.

OpenAI s’est déjà engagé dans cette voie, en présentant de nouvelles fonctionnalités en septembre dernier lors de sa première journée des développeurs. La startup a absorbé les coûts de développement de son modèle GPT-4, qu’elle peut désormais utiliser comme





OpenAI et son défi en 2024

OpenAI face à un défi de taille en 2024

OpenAI cherche à développer de nouveaux outils générateurs de revenus récurrents, similaire à ChatGPT. L’intégration d’une intelligence artificielle générative dans les smartphones et les ordinateurs est envisagée, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux outils innovants.

Sam Altman, le cofondateur et dirigeant historique de l’entreprise, a été conforté dans son rôle par le feuilleton entourant sa place au sein de l’entreprise en novembre dernier. Cette vision est approuvée par Microsoft, son principal actionnaire et partenaire, soulignant ainsi le caractère lucratif de l’entreprise. Selon Xiadong Bao, analyste, les canaux de revenus déjà en place devraient rapporter davantage cette année, alors que le taux de pénétration des outils d’intelligence artificielle générale reste faible.

La forte dépendance d’OpenAI vis-à-vis de Microsoft

Le soutien financier de Microsoft a été crucial pour l’ascension d’OpenAI en tant que leader de l’intelligence artificielle générative, mais a également créé une dépendance à l’égard du géant de la tech. Microsoft détient l’exclusivité de la vente indirecte des modèles d’OpenAI et capte une partie des clients qui pourraient s’adresser directement à OpenAI, créant ainsi une dépendance étroite. De plus, Microsoft s’appuie sur la technologie d’OpenAI pour développer ses propres assistants d’IA, avec l’objectif de générer 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires supplémentaire dès cette année. En d’autres termes, le succès d’OpenAI est étroitement lié à celui de Microsoft.

Cette dépendance devrait se renforcer avec la future présence de Microsoft au conseil d’administration d’OpenAI. De plus, pour atteindre son objectif de créer une intelligence artificielle dite « générale », OpenAI devra démontrer ses capacités au cours de sa deuxième année de commercialisation de ses produits, pour laquelle elle aura besoin du soutien financier de Microsoft.

Publié le 4 janvier 2024 à 19:33

Par François Manens

François Manens, Journaliste




Source : latribune.fr

➡️ ACCÉDER A CHAT G P T EN FRANCAIS EN CLIQUANT ICI ! ⬅️

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.